La prévision est un art délicat; La prophétie et la prédiction aussi. Les trois me paraissent avoir la même fonction pour celui qui la clame: préparer les auditeurs à l'avenir.
  Mais quel avenir? (roulements de tambours)
   De la bouche même de celui qui prévoit, celui qui prophétise ou celui qui prédit, l'avenir devrait être si... l' avenir sera quand... ou l'avenir est...
  Pour le premier, l'avenir est une feuille blanche qu'il nous reste à écrire. De nombreuse versions sont disponibles, elles dépendent d'un ensemble de probabilités (pas facile). Pour le prévoyant l'avenir nait des lois universelles et contingentes, des choix d'aujourd'hui autant que d'hier, de leurs conséquences voulues et imprévues.
  Pour le second, l'avenir est écrit sous conditions. En général, il en existe deux versions, l'une sous le signe de l'obscurité (pas bon), l'autre sous le signe de la lumière (parfait). Pour le prophète l'avenir nait des lois universelles et contingentes, des choix d'hier et surtout d'aujourd'hui car leurs conséquences sont connues.
  Pour le troisième, l'avenir est gravé dans le marbre. Pour le prédicteur l'avenir ne nait pas d'aujourd'hui. Il nait de lois universelles sur lesquelles la contingence n'a pas de prise, l'avenir transcende le sujet, voir le transforme, le manipule pour réaliser les conséquences connues.
  Si tout ceci est vrai, le prévoyant me demande de construire mon avenir sur des faits, le prophète de choisir mon avenir sur parole et le prédicteur ne me demande rien pour mon avenir.

Mais qui donc en ce moment me murmure mon futur..? (accords de piano)